Isolato (2010) - Nathalie Hubert
     
Isolato (2010)
« Isolato, séparé de toute chose comme une île l’est de la terre »*


Cette série intitulée « Isolato » évoque l’idée d’enfermement, d’isolement, de solitude.
J’ai choisi pour chaque diptyque de réunir 2 images ; un corps et une scène (objet, animal ou paysage).
Chaque corps est voilé, dissimulé, il se devine dans la pénombre, s’efface derrière des tissus ou se détourne du spectateur. Les visages sont toujours absents, ou cachés, comme une « négation » de la femme. Seuls quelques éléments laissent deviner un corps féminin, mais toujours éteint, anéanti, frustré. Les corps sont isolés et évoquent l’idée d’abandon. Ils sont souvent au sol ou « dos au mur ».

Puis se trouve la deuxième image. J’ai volontairement joué sur la continuité / discontinuité qui lie les deux photographies entre elles.
Les images de droite viennent rappeler cette idée d’enfermement et de dépendance, on y trouve des paysages vides, cernés de noir, des plantes décrépies ou des animaux prisonniers, des objets abandonnées. Comme autant de métaphore d’un corps annihilé.

Il y a une similitude entre les deux images, de par les formes, les textures ou les couleurs. Il y a aussi une continuité plus ou moins prononcée selon les cas.

Le diptyque, de par son format, de par son évocation religieuse et picturale, me permet d’inventer de petits tableaux qui racontent l’existence humaine, et plus précisément celle de la femme.







* Dictionnaire étymologique de la langue française, O. Bloch, W. Von Wartburg, PUF, 1975
Isolato 1
Top